Page précédente

Bruno Robbe éditions : Les Amis

Projet de lithographie de Fanny Alet pour les Amis des éditions Bruno Robbe.

nouvelle saison 2020-2021 :

Ce projet a pour objectif de :

Perpétuer la mémoire l’impression d’art :

Les presses de l’atelier s’expriment depuis sa fondation en 1950 et impriment pour des artistes belges et étrangers de réputation internationale.

Transmettre un savoir-faire :

Le partage des compétences est une valeur essentielle à la perpétuation du patrimoine, du métier d’imprimeur et d’éditeur d’art où les techniques traditionnelles et anciennes côtoient les moyens d’impression les plus avancés. Nous accueillons notamment des stagiaires issus d’écoles d’art belges et internationales.

Soutenir l’atelier, les éditions et participer à leur rayonnement :

Notamment par l’achats de nouveau matériel et par la création d’événements au sein de l’atelier, en Belgique et à l’étranger.

Contribuer à la création d’un nouvel espace complémentaire de l’atelier actuel :

Un lieu de rencontre pour :

• Découvrir l’ensemble des éditions de l’atelier au public et aux collectionneurs, dans d’excellentes conditions.

• Organiser des stages, des rendez-vous personnalisés pour groupes ou entreprises.

• Organiser des rencontres artistiques et des activités liées au monde de l’édition d’art.

Une résidence pour les artistes.

 

L’atelier Robbe en quelques mots :

Fondé dans les années cinquante par Arthur
Robbe
, l’atelier de lithographie et de multiples est un « laboratoire
d’images »
, un lieu de recherche et de création fréquenté par de nombreux artistes belges et étrangers. L’atelier est équipé de presses litographiques, de presses taille-douce, d’un stock de pierres lithographiques de formats différents, de matériel numérique... Le patrimoine de l’atelier compte une collection de près de 1000 estampes et livres d’artistes conçus en collaboration avec un nombre important d’artistes reconnus internationalement : Adel Abdessemed, 

Charley Case, édith Dekyndt, Luciano Fabro, Michel François, Ann Veronica Janssen, 

Matt Mullican, David Nash, Walter Swennen, Lawrence Weiner...  

Les éditions ont également collaboré avec des institutions et galeries de grande renommée : Mac’s - Hornu, Smack - Gand, Moma - New York, Centre Pompidou - Paris...  

 

Les avantages liés à votre adhésion :

• Constituer une collection : 4 multiples créés exclusivement pour les membres de l’association, 
  en tirage limité, numérotés et signés sont offerts aux amis chaque année.

 • 5% de réduction sur l’achat des œuvres proposées dans le catalogue et 10% sur les estampes Amis des éditions.

• Accès libre et prioritaire aux événements organisés dans l’atelier : 

- Cycle « rencontre » où une personnalité du monde de l’art contemporain (artiste, historien, critique ou collectionneur) est invité à débattre.

- Vernissages d’expositions, rencontres littéraires et musicales à l’atelier.

- Invitation à rencontrer les artistes lors du brunch-vernissage annuel de l’atelier.

Devenir membre

Les œuvres pour les membres

Jaille au cul de ma tête

Lithographies imprimées sur vélin de Rives BFK 270 g - Formats 76 x 56 cm,  65 x 50 cm et 50 x 35 cm. Tirage limité à 15 exemplaires numérotés et signés par l’artiste.

Lithographies disponibles séparément :

Formats 76 x 56 cm : 350 euros - Formats 65 x 50 cm : 350 euros - Formats 50 x 35 cm : 250 euros

« Jaille au cul de ma tête » est un ensemble de lithographies réalisées à l’occasion d’une invitation lancée à Bertrand Belin pour les Rencontres d’Aubergine - 2024 à Villeneuve-lès-Avignon (France). Il s’agit des toutes premières estampes créées par l’artiste en collaboration avec l’Atelier Bruno Robbe.

 

« La jaille, c’est le dépotoir, la décharge publique. J’y ai beaucoup traîné enfant, adolescent à la recherche d’objets récupérables, de matériaux à revendre : cuivre, Zinc, plomb. Mon regard entraîné à débusquer dans le fatras, la chose de valeur. Furetant, enveloppé de fumées toxiques se dégageant ici et là de feux sauvages, pneus, voitures, branchages, restes de matériaux de chantier, ordures ménagères. Des heures magiques, excitantes. Galvanisé par l’espérance, l’imminence d’une trouvaille, l’invention d’un trésor. Alors, je voulais devenir archéologue.

Ces dessins en sont la trace. Multitude d’objets, objet d’élection, semaison (abandon) et récolte (découverte). Tout ça se mélange avec la vie maritime et familiale où j’ai fait mes dents et le reste. Je suis reconnaissant aux Rencontres d’Aubergine pour leur invitation. Dessiner m’a fait goûter différemment aux plaisirs de la quête solitaire et aux joies de la trouvaille. Trouvaille qui n’a parfois, inexplicablement, de valeur que pour soi, bien sûr. Mais on doit sûrement partager l’inexplicable. D’ailleurs a-t-on vraiment le choix ? ».

Bertrand Belin - mars 2024